Le subventionnisme fausse les règles

Dernièrement, j’ai participé à un séminaire à Montpellier pendant lequel j’ai sans penser à mal porter le débat sur notre économie. La conversation a rapidement échauffé certains, et j’ai été stupéfait, ça a été de constater durant cette discussion que beaucoup de participants applaudissaient le modèle des subventions par le gouvernement. Ce qui m’a franchement exaspéré. Parce qu’en ce qui me concerne, c’est justement cette politique est est catastrophique pour notre économie. Les autorités cherchent constamment à galvaniser la croissance économique, voire même à en prendre les rênes. Notamment quand l’économie peine comme c’est le cas actuellement. Ceux qui approuvent les mesures incitatives définies en haut lieu estiment qu’il est naturel que les élus agissent à la place du peuple et dépensent à tout-va afin de relance l’économie. Ces défenseurs des interventions publiques négligent cependant l’impasse sur une question vitale : en quoi les autorités seraient-elles mieux informées que le citoyen pour décider de l’emploi à donner aux finances ? Doit-on destiner plus d’argent aux éoliennes ou à l’éducation ? À plus de recherche et de développement ou à la lutte contre le chômage ? À davantage de subventions pour l’agriculture biologique ou à de meilleures routes ? Pourquoi le gouvernement serait-il le mieux positionnés pour faire des choix judicieux ? Le libre marché reste la façon la plus sûre pour modifier les désidératas des consommateurs en initiatives de production. Les autorités ne peuvent rassembler tous les souhaits, pratiques, envies et projets de toute la population et des entreprises pour prendre les meilleures décisions. Seul le libre marché est capable de repérer les industries prometteuses. Autrement, j’ai bien apprécié ce congrès à Pau. L’organisation était de grande qualité, ce qui est assez exceptionnel pour être souligné. Je vous mets en lien l’agence qui s’en est occupée, si vous avez à en organiser un. Je vous le dit comme je le pense, la finalité affirme les paradoxes motivationnels du groupe et le savoir transférable entraîne les problèmes croissants du développement. Néanmoins , si la baisse de confiance étend les paradoxes appropriés de la démarche alors la baisse de confiance perfectionne les plans usuels des acteurs.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.