L’appréhension dans l’envie de survie

La lutte pour la survie est en fait une question intéressante et édifiante, développant les prémisses de nombreuses publications et films parmi les plus inoubliables. La fascination privée du psychologue Al Siebert pour les survivants a commencé lorsqu’il a reçu son encadrement de l’armée d’un petit groupe de parachutistes vétérans: les meilleurs survivants ne passent pratiquement pas de temps, en particulier dans les situations d’urgence, se sentant irrités par ce qui a été perdu ou se sentant angoissés par les choses qui se déroulent. terriblement … Les plus grands survivants de la vie peuvent être à la fois négatifs et positifs, chacun positif et pessimiste à la fois. Ses éducateurs étaient des membres légendaires du 503rd Air -borne Infantry Regiment. Ils avaient égaré neuf associés sur dix dans la lutte dans le conflit coréen. Siebert découvrit que ces «survivants» n’étaient pas les sergents d’instruction croustillants et criants qu’il avait attendus. Celles-ci étaient difficiles, mais prouvaient de la patience. Qu’ils avaient un sens de l’humour efficace et qu’ils avaient tendance à s’amuser des fautes. Ceux-ci étaient optimistes, mais ont également examiné les inconvénients des problèmes. Ils n’ont pas travaillé de manière suggérée ou stimulante, alors qu’ils pourraient être aussi méchants et stimulants que n’importe quel individu. Siebert a remarqué que chacun de ces types possédait un type de radar privé qui était généralement en mode «scan». Il a reconnu que ce n’était pas une stupide chance qui avait délivré ces hommes au moyen de leurs épreuves, mais une combinaison synergique de qualités qui faisait pencher la balance en leur faveur. Siebert considère que nous pouvons tous gagner dans votre vie en nourrissant et en développant ces traits de figure bénéfiques au sein de notre propre personnalité. En 1943, Robert Muller faisait partie du niveau de résistance français. En utilisant la marque Parizot, il s’est infiltré dans une organisation de vos autorités de Vichy, exactement là où il a recueilli des informations sur les mouvements de troupes allemandes. Informé de ce que les nazis ont vécu juste pour l’arrêter, il s’est enfui dans le grenier de son immeuble de bureaux. Word a appris que 50% une douzaine de gars de la Gestapo, sachant qu’il était là, avaient méthodiquement recherché les propriétés. Ayant été heureux lorsqu’un ami a utilisé le système d’autosuggestion du Dr Emile Coué et envisageant optimiste de se guérir d’une tuberculose sophistiquée, Muller s’est rapidement calmé et a pris le pouvoir sur ses sentiments. Il se dit souvent que le scénario peut être considéré comme un voyage fascinant et a changé sa perspective en un état d’esprit calme, confortable et bon. Muller a partagé avec lui que rien n’était faible et qu’il devait donc avoir une chance sur 1000 de s’échapper. Immédiatement, il réalisa que la chose que les nazis ne comptaient pas sur lui était de descendre les escaliers pour les satisfaire. Si vous enlevez ses lunettes, lissez ses cheveux avec de l’eau, saisissez un dossier provenant d’un bureau vide et allumez une cigarette, Parizot a réussi à transformer équitablement son apparence. En descendant, il est venu après sa secrétaire alors qu’elle se faisait interroger. Il lui a demandé ce qu’était cette exaltation. Le cœur battant, elle a su conserver un regard extérieur de détente, stage de survie et a répondu que ces «messieurs» cherchaient M. Parizot. «Parizot? il s’est exclamé: «Mais je l’ai simplement découvert il y a peu de temps autour du 4ème terrain!» La Gestapos se précipita à l’étage, fournissant à Muller le buste dont il avait besoin pour se diriger vers le sien après cet obstacle, les gardes devant la porte d’entrée. À l’intérieur de la réception principale, le concierge a informé Muller qu’il y avait une sortie supplémentaire et bien guidé Muller vers la zone du garage, exactement là où il a volé un vélo et est allé à la sécurité.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.