Dassault à l’assaut de l’Inde

Dassault aviation poursuit ses négociations pour vendre à l’exportation son plus célèbre appareil, le Rafale. « Après le contrat signé en Inde, portant sur la livraison de 36 avions Rafale, et la commande de 24 de ces appareils par l’Égypte et de 24 autres par le Qatar, nous devrions bientôt conclure un quatrième contrat à l’étranger, mais ce sera plutôt pour 2018″, a déclaré le PDG de l’avionneur, Éric Trappier, dans un entretien publié dimanche 14 sur le site en ligne du quotidien Sud Ouest. Le dirigeant du groupe poursuit en précisant que le « quatrième contrat à l’étranger » en question pourrait être conclu avec la Malaisie qui souhaiterait acquérir au moins 18 avions de combat. Le pays souhaite remplacer sa flotte de MiG-29 russes dans les prochaines années. Outre le Rafale, le F-18 américain, le Suédois Gripen ou l’Eurofighter sont sur les rangs. Un second contrat pourrait être envisageable avec l’Inde. « Les besoins en Inde sont immenses. Ainsi, pour la Marine, il est question de 57 avions », a déclaré Eric Trappier. Et d’ajouter: « L’Asie sera stratégique pour nous dans les années à venir, et en particulier l’Inde ». Dassault Aviation espère prolonger les bonnes performances de son avion de combat Rafale à l’export en 2017 pour compenser la morosité prolongée du marché de l’aviation d’affaires, après une année 2016 compliquée. L’avionneur a affiché un bénéfice net multiplié par 2,7 à 379 millions d’euros en 2016 (contre 141 millions en 2015) avec toutefois des fragilités, notamment au niveau des avions civiles dont les commandes ont baissé en 2016. Source: Avion de chasse.

This entry was posted in Actualité. Bookmark the permalink.

Comments are closed.